Je suis l’heureuse et fière maman de deux merveilleux héritiers qui me comblent de bonheur et de fatigue, mais surtout, de petites fiertés récurrentes.
Le plus grand est plutôt du genre cool, bon en classe et surtout (SURTOUT) excessivement sportif.
La petite, elle, évolue plutôt dans un satellite de Saturne et trouve que le piano est déjà un sport suffisamment fatigant.
Du coup, me voilà un chouilla embêtée parce que j’ai été élevée dans la passion du sport et clairement, ma fille a hérité de gènes inconnus jusque-là sur les 44 dernières générations.
J’ai tout essayé avec elle. La gym, le tennis, les sports co… rien n’y fait : mon petit parpaing à couettes n’aime pas courir alors que son frère excelle dans tous les sports qu’il teste.
Il faut dire qu’il est un peu plus téméraire que la frangine, ça aide un peu.
J’ai tout de même remarqué qu’elle aimait bien grimper, notamment suite à une sortie au Mur de Lyon avec les family-cruncheurs il y a deux ans.
Et comme je suis têtue, j’ai profité de la toute nouvelle ouverture du nouvel espace de grimpe sur blocs MROC3 près de Laënnec pour lui rappeler à quoi pouvait aussi lui servir ses petits membres.

Etape 1 : S’y rendre.

Laënnec, c’est déjà pas franchement l’arrêt de métro qu’on fréquente le plus en général. Du coup, arrivés sur place, on ne savait pas trop où aller. En réalité, il faut compter une bonne dizaine de minutes à pied depuis le métro avant d’atteindre MROC3. Sous le crachin lyonnais, ça nous a pas beaucoup enchanté, mais bon, puisqu’on était là…

Etape 2 : Comprendre comment ça se passe.

Sur place, on paye son entrée à raison de 7€ pour les – de 12 ans et 14,5€ pour nous, pauvres adultes engourdis. Se rajoute au prix la petite surprise de la location de chaussons obligatoires à 4€ supplémentaire par tête de pipe.
Étant donné qu’on avait prévu de n’y rester qu’une bonne heure, c’est pas le truc le plus économique qui soit, ça m’apprendra.
On se change (enfin, surtout les mômes, moi, j’ai décliné le test, je préfère faire des photos en vrai) et on arrive dans l’espace enfant du premier étage.
Les enfants ne comprennent pas trop le principe, parce qu’ils ne sont pas assurés, y’a zéro corde, il faut juste… grimper, faire des traversées de blocs et sauter sur l’énorme tapis.
Le fils prodigue, un peu grand pour cet espace, mais que je ne pouvais décemment pas laisser seul dans la salle adulte, fait 44 fois le tour tel un gibon des Cévennes (j’invente si je veux). Sa soeur tente de grimper mais n’est pas bien rassurée quand même.
Ils ont du bol, à 11h ce samedi, il n’y a encore personne, elle a donc tout loisir de tenter de se dégourdir un peu et de pousser quelques petits cris de stress de temps en temps.
Le temps passe et elle commence à prendre confiance. Elle finit par atteindre les sommets des blocs, à moins appréhender la hauteur, à comprendre qu’on peut monter ou traverser l’espace et surtout, à voir que pour se faire mal avec le gros tapis, il faut vraiment en vouloir.
Ca rigole, ça court et ça se défoule. Je suis plutôt ravie.

Etape 3 : supporter les gens.

Évidemment, des gens sont arrivés entre temps quand même. Le « petit » souci, et je ne leur en veux pas, c’est que très souvent, ce sont des habitués. Des vrais grimpeurs de père en fils. Mes greffons ont donc vu débouler 3 enfants (dont un minuscule du genre qui avait 2 ans) qui se faufilaient de prises en prises avec une aisance à te faire regretter d’exister.
La mère était hyper à l’aise à faire des sortes de grands-écarts entre chaque prise. Mes gamins n’osaient plus trop bouger, rapport qu’ils se sont sentis un peu ridiculisés sur le coup.
Ils ont fini par reprendre un peu d’aplomb et à faire fi de ses experts en couche culotte pour reprendre leurs petits délires frère-soeur.

Etape 4 : S’amuser

Clapiotte a réellement commencé à s’éclater quand elle a enfin osé sauter du haut d’un bloc. Après ça, elle se sentait plus et ça a été plus que difficile de repartir.
Grimper, sauter, grimper, sauter, faire des roulades, se jeter sur le tapis, grimper, sauter. Je suis épuisée rien qu’en y repensant, mais la prise de confiance, en une heure seulement, a été énorme.
Parce qu’il n’y avait pas d’assurance. Juste elle, des blocs et faire avec son corps et sa tête.
J’avoue que je suis pas peu fière de cette gosse, parce que malgré tout, elle s’est plutôt surpassée et a su se prouver toute seule qu’elle était capable.
Je savais l’escalade un excellent sport d’un point de vue physique. Mais le mental y est très présent et du haut de ses 7 petites années, elle en est l’exemple absolu (à peu près).
Évidemment, maintenant, elle veut faire de l’escalade tous les week end et elle a réussi à dégommer tous ses potes au Ping-pong à l’école pour remporter une médaille d’or… Autant vous dire qu’on a changé ma fille : TROP DE CONFIANCE !

Etape 5 : faire le bilan

Espace aéré, bien agencé et plutôt très sympa niveau déco et confort.
J’engage un petit bémol au niveau des prix quand même, parce qu’en famille, ça te fait cher l’activité.
Nous n’avons pas pu tester le restaurant sur place mais j’avoue que mon estomac aurait bien aimé vu les bonnes odeurs qui se dégageaient des cuisines.
Globalement, les gens sont sympas quand même, mais bizarrement, je m’attendais à plus… d’accompagnement. Au moins au début, histoire d’expliquer un peu aux enfants comment ça marchait, même si on est bien d’accord que le concept de grimper est suffisamment explicite en lui-même.
A noter que j’aurais un peu flipper en ayant un plus petit, je ne suis pas sûre qu’un des murets soit à la bonne hauteur de sécurité (à cause du tapis très épais) et il y a un « trou » au niveau des escaliers et du tapis qui fait un peu peur quand même…
On va clairement devoir retenter l’expérience prochainement pour ne pas plomber l’assurance toute nouvelle de ma fille dans l’œuf. Peut-être irons-nous voir du côté de MROC2 à Villeurbanne, plus pratique niveau emplacement pour nous quand même.

Pratique

adresseParc Bataille, 39 rue Président Krüger 69008 Lyon.
04 86 11 27 21
10464 Y’a de la place dans les rues alentours.
tcl Ligne D Laënnec, Tram T2 Jean XXIII Maryse Bastié
horaires Tous les jours 9h-minuit. Ouverture du restaurant de 12h à 15h et de 19h à 23h.
site internet www.mroc3.com