Par ce dernier week end pluvieux, j’avais pris ma fille sous le bras pour l’emmener au musée des Confluences, et sous la pression de copains eux aussi flanqués d’enfants, je me suis finalement retrouvée à Fourvière.
Bon, c’est pas vraiment au même endroit, et ce n’est pas vraiment la même ambiance, mais je n’ai pas été très dure à convaincre, ça faisait un moment que j’avais envie d’aller au Musée de Fourvière voir l’expo de Streetart Watching You.

Nous voilà donc à l’arrêt « Minimes » du funiculaire puisque le funi de Fourvière est fermé pour travaux.
Vu l’euphorie de ma fille, je me suis rendue compte que je ne l’avais jamais fait monter dans un des funiculaires de Lyon. La honte.
Ça voulait dire aussi que je ne l’avais jamais fait rentrer dans la basilique, qu’elle a longtemps appelé « le château de Mickey », me demandant régulièrement pourquoi je disais que c’était trop loin, Disney, alors que le château était juste là-haut.

Bref, j’ai profité du retard des copains pour lui faire faire une petite visite rapide et autant te dire que quand tu as toi-même redoublé ton catéchisme, que tu n’es pas fan des églises et que ton enfant pose 44 questions pertinentes (ou non) par minutes, c’est une expédition du genre épreuve du feu.

D’abord, la vue.
Bon, ok, il faisait super moche, mais la vue restait assez dégagée, du coup, trop fière de moi, je lui montre « Lyon ».

Verdict : « Ouais, enfin, là où on est, on est aussi à Lyon, donc, c’est pas vrai, c’est pas d’ici qu’on voit « tout Lyon ». ».
BIM maman, ramasse tes dents.
On a passé 10 minutes à chercher notre immeuble et à essayer de faire un selfie avec la vue. On n’a réussi ni l’un ni l’autre.

Une fois qu’on était bien sûr d’avoir choppé une pneumonie (tu notes que je ne l’ai pas emmenée là haut pendant 8 ans mais que je choisis un samedi d’hiver option vent frais et bruine histoire de pimenter ma vie), on est parti devant la basilique (et on a dû faire une recherche Google pour savoir la différence entre une basilique, une église etc… )

Ensuite, nous sommes rentrées dedans et en avons fait le tour.
J’ai réussi à gérer l’explication de l’eau bénite, des gens qui s’agenouillaient, du principe de la prière et du « à peu presque » de l’histoire de Jésus (qui est donc, « mort-re-vivant-re-mort » selon ma fillotte)

On s’est assise pour regarder les vitraux, et elle a trouvé ça vachement glauque pour certains.

Et puis aussi : « Mais à l’époque, ils ont fait comment pour poser des pierres et faire des plafonds aussi hauts parce qu’il y avait pas de grue hein ? »

Il y a eu aussi des questions concernant la déco et le homestaging du lieu, du genre :

Mais POURQUOI ils ont mis des placards comme ça n’importe où ?

C’est vrai, ça pourquoi ?

Après avoir fait le tour, avec beaucoup de perspicacité, elle m’a demandé ce que le papa de Jésus avait bien pu faire pour ne figurer presque nulle part, et surtout pas en statue.
POur ma fille, tu vois, le papa, il doit autant porter son bébé que la mère, et là, elle a biiiiien remarqué que c’était que Marie qui s’y collait à chaque fois…

Et puis du coup, forcément, de fil en aiguille d’explications plus ou moins bonnes, LA question.

– Pourquoi on dit « Vierge Marie ? » C’est son nom de famille ?

J’ai dû expliquer « vierge », donc.
OUI.
Et amorcer un début d’explication sur Dieu, Marie, Jésus, les familles recomposées tout ça tout ça…

Réponse de l’intéressée : « Les gens qui ont inventé cette histoire, ils avaient pas trop envie qu’on y croit, quand même, parce que c’est n’importe quoi. Dieu, c’est comme… euh… le vent. Puisqu’on sait pas et que c’est pas une personne. Et eux, ils disent que donc, « du vent », est entré dans sa culotte et paf un bébé ?
Y’avait pas plus simple ? »

Et là nos copains sont arrivés et j’ai pu m’échapper !

Voilà.
Je pense proposer ma fille comme guide du coup. Ou comme critique biblique sinon… Je ne sais pas trop….

 

(On rigole on rigole, mais si jamais tu as de bons livres qui racontent les religions mieux que moi (bon, ok, c’est pas dur) je pense que je ne suis pas la seule à être remplie de désarroi face à toutes ces questions et ce serait bête qu’ils n’aient pas réponse à leur curiosité, ces enfants…)

(Et je te parle de l’expo Watching You plus tard, promis !)