Je ne sais pas du tout si c’est pareil dans les plus petites villes ou même à la campagne, mais personnellement, j’ai quand même accumulé un gros paquet de choses que je supporte de moins en moins depuis que j’ai des enfants.
De la vie de tous les jours mais aussi de mon environnement et surtout, SURTOUT, des autres.

Les squares

Avant, quand je passais devant un square, je trouvais ça carrément mignon, ces cris d’enfants qui courraient, jouaient, couinaient...
Je regardais les parents se parler entre eux, les enfants s’ébrouer, et je trouvais le tableau charmant au point, même, parfois, dans des moments d’égarement, de m’y poser pour y lire quelques pages d’un bouquin bercée par les joyeusetés qui s’y passait.
Non, bon, ok, je rigole, j’en avais envie, mais j’ai toujours eu trop peur qu’on me prenne pour une psychopathe voleuse d’enfants.
Aujourd’hui, je suis comme tout le monde. Je m’ennuie. Je ne comprends même plus quel est donc ce concept d’aller s’assoir sur un banc, de se lever parce qu’il faut l’aider à grimper quelque part, s’assoir sur un banc, se lever pour l’aider à sauter de la structure, s’assoir sur un banc, se lever pour lui dire de prêter son flutain de râteau à son pote, s’assoir sur un banc, planifier de tout quitter, vider son PEL, partir vivre dans un pays où le square n’existe pas. Pour toujours. (si vous avez des tuyaux…)

Les voitures.

Pas toutes, mais pas mal quand même.
Déjà, la mienne, rapport aux ceintures de sécurité associées au siège auto qui sont une antichambre de l’enfer. Je pense sérieusement que les gens qui ont fait ça ont du sang de Belzébuth qui leur coule des yeux en période de pleine lune.
Et puis les voitures garées sur les trottoirs. Ou sur les passages piétons.
A QUEL MOMENT ces personnes méritent-elles autre chose que de vivre sous le tunnel de Fourvière un samedi de départ en vacances ? Dites moi ?

Les vélos.

Pas tous, mais quand même…
« Oh, mais c’est bien, les gens qui font du vélo, pour eux, pour la planète, toussa-toussa »
Okayyyyy.
On parle de ceux qui respectent le code de la route là ? Non parce que j’en ai un peu ma claque de dire à mon petit citoyen en herbe :
« tu vois, là, le bonhomme est rouge, tu t’arrêtes. Et là, il est vert, tu peux traverser. Mais d’abord, tu regardes bien que les voitures se sont arrêtées. Et APRES, tu regardes encore pour voir si y’a pas un cinglé à vélo qui va griller le feu parce qu’il s’en fout, de ta petite vie, à toi, tu vois ! »

Les fêtards.

Parce que je suis jalouse, déjà. Et parce qu’ils sont susceptibles de réveiller mon enfant entre 4 et 5h du matin en passant sous mes fenêtres en chantant « les Démons de Minuit ».
Et mon enfant, si tu le réveille à cette heure là, il se rendort pas. Donc moi non plus. Donc bon…
Et puis tous les fêtards qui ont biiiiien profité des Berges aussi pendant la nuit, qui ont laissé des tas de trucs plus ou moins cracra et plus ou moins dangereux trainer dans l’herbe. Herbe sur laquelle la petite tête blonde me servant de descendance aime courir le dimanche matin. Tôt. TRÈS tôt. Puisqu’il a été réveillé à 5h. Donc. CQFD.

Les vieux cons.

Genre.. moi, là, qui ne supporte plus rien ni personne.
Bon, ok, aussi, tous ceux qui viennent me dire comment éduquer mon môme, comment l’habiller, pourquoi c’est mieux de lui mettre des chaussettes et à quel moment je devrais lui donner à manger (et quoi, tant qu’à faire, des fois que je lui refile du foin à heures régulières en temps normal.)


Parce qu’il y en a marre QUOI!