Quand tu habites la région, tu as, normalement, déjà entendu parler du Palais du Facteur Cheval.

Depuis mon adolescence, j’en entends parler, mais je n’y avais jamais mis les pieds jusque là, ce qui, étant donné mon âge avancé aujourd’hui, correspond à un sacré paquet d’années à fantasmer le lieu.

On peut fantasmer un lieu ?

Complètement.
Surtout celu-là.
Le Facteur Cheval, c’était un type lambda qui était facteur et qui, au détour d’une de ses tournée (à pied) a trouvé un caillou qu’il a trouvé marrant. Alors il l’a gardé. Et il a commencé à ramener des cailloux chez lui tous les soirs.
En plus de faire des mômes à sa femme et de bosser comme un força le jour, il s’est dit que sa collec de cailloux allaient lui servir à construire le palais dont il rêvait.
Ouais. un palais.
Du coup, pendant 33 ans, il a ramené des brouettes de cailloux et a élevé un truc complètement gigantesque dans son jardin si on garde à l’esprit que le mec était tout seul à faire ça et qu’il le faisait sur son temps libre.
Tu vois, moi, sur mon temps libre; je vais boire une bière ou faire une sieste, donc comparativement, le mec force le respect.
J’avais vu des photos et lu quelques anecdotes sur son palais, et faut avouer que quand on voit ça, on a vite envie de visiter le lieu en vrai pour bien prendre conscience de la chose.

C’est comment le palais du Facteur Cheval ?

C’est assez vilain et totalement fascinant, ce qui en fait une œuvre magnifique.
Les enfants sont restés scotchés pendant un long moment en regardant chaque détail (et je t’assure que si tu t’arrêtes à chaque détail, t’en as facile pour 6heures de ta vie à tout voir je pense).
Certaines sculptures font rire, certaines inscriptions réfléchir. On dirait que le gars a littéralement vomi son cerveau débordant d’imagination et de pensées dans sa cour.

Dans une autre vie, celle où je me mets à rêver de faire des trucs un peu ouf, j’aimerais bien avoir les corrones de faire un truc pareil. Genre mon cerveau dégoulinant d’idées, PAF, je les mets en scène, quitte à ce que ça ressemble à rien, je m’en tape, juste je fais et je dis ce que j’aime et ce qui me traverse l’esprit.

Les rêves, les chimères, les désirs, les espoirs, les ratés, les voyages, les autres, et soi…
Tout est décrit dans ce palais et, pour le coup, j’avais très peur d’être déçue, puisque souvent, quand on idéalise un truc, on l’est, et bien pas du tout. J’ai adoré. Je m’y suis sentie bien.

 

Ouvrir les yeux.

On a trainé un moment, à monter, descendre, s’extasier, respecter.

On s’est assis aussi, plus loin, pour voir le tout.
On a regardé les gens et leurs réactions.

Parce que le palais fait réagir et que le spectacle de spectateurs est quasiment aussi fascinant que l’oeuvre elle-même.

On a fini avec le musée attenant qui explique l’histoire mieux que moi et qui regorge de souvenirs et d’hommages d’artistes en l’honneur de Ferdinand et de sa persévérance à vouloir construire son rêve.

On est resté environ 1h30 je pense, peut-être deux, je ne sais plus trop, mais c’était bien (et ok, il faisait très beau).

On a fait un détour jusqu’au cimetière où le facteur est enterré et où il a construit (vu qu’il avait encore une dizaine d’année à tuer) sa propre dépendance, puisque la loi lui interdisait d’être inhumer sur son terrain.

Ici, tout est incroyablement fascinant, et c’est aussi ce que j’ai retenu.
Les enfants ont compris le délire, le rêve, l’envie, la passion et ont été rempli de respect pour cet homme et son opiniâtreté.

Et c’était chouette de les voir réaliser ça.

Gros bonus : les petits guides kidsfriendly qui vont bien pour profiter de la visite en famille !

 

Palais Ideal du Facteur Cheval (1h15 de Lyon)
8 rue du Palais
26390 Hauterives

Horaires d’ouverture
7,50€ adulte et 5€ enfant.
Plus d’infos