S’il est un repas qu’on ne doit pas oublier quand on a des enfants, c’est bien le goûter !

Outre le fait qu’il est indispensable à leur petit estomac pour tenir jusqu’au dîner, le goûter peut servir de monnaie d’échange non négligeable : « si tu restes tranquille pendant que Maman essaie des chaussures, tu auras de la glace au goûter », « si vous laissez Papa dormir, il vous fera des crêpes au goûter », etc …

Mais ça, c’est la version grand luxe du goûter, car pour l’école et les balades, j’ai opté, comme beaucoup, pour des biscuits et une compote à boire (qui peuvent aussi se monnayer mais plus difficilement : on n’attire pas les mouches avec du vinaigre).

D’un point de vue écologique, nutritif et économique, la gourde de compote à boire me hérisse un peu les poils : beaucoup de déchets pour quelques grammes de purée de fruits (et de sucre) d’origine inconnue, vendus relativement cher.

Cela faisait un moment que je souhaitais trouver une solution plus adaptée à mes principes mais tout aussi pratique que la gourde Pom Pote ou ses erzatz.

C’est pourquoi lorsqu’une amie m’a parlé de la gourde rechargeable, je n’ai pas hésité bien longtemps.

La « babypote » de Beaba, (disponible chez Vert Baudet, elle est aussi proposée dans un grand nombre de magasins de puériculture et sur le net) est composée d’un corps en silicone souple, d’un capuchon et d’un  » bec » en plastique qui se visse sur anneau amovible. Elle se remplit assez facilement de compotes maison ou en bocal, ou même de purée de légumes pour les plus petits.

Alors, après un peu plus de 15 jours d’utilisation, quel est mon verdict ?

Les + :

– la réduction indéniable des déchets

– le coût : même si l’investissement est non négligeable (11,90€ la gourde), on la rentabilise en moins de 2 mois.

En effet, à raison de 1 compote à boire par jour à 0,47 € (pour la marque Materne), la gourde rechargeable est remboursée après 44 jour d’utilisation (pour une compote en bocal classique de marque distributeur, à 1,80 € le kg).

– la traçabilité  : on sait (enfin si on y est sensible) d’où viennent les fruits qui composent la compote et ce qu’elle contient

– le choix : on peut remplir la gourde de purée de fruits bio ou de compote maison (ou pas), doser le sucre et la texture en fonction de nos goûts, libre à nous de choisir la composition.

– le côté ludique : les couleurs sont sympas et les Soeurs ont l’impression de boire de la potion magique 😉

Les – :

– la logistique : le fait de devoir laver la gourde puis de la remplir tous les soirs, c’est une contrainte qu’on n’avait pas avec les gourdes jetables

– le coup à prendre car il faut que l’enfant se fasse au système : il doit aspirer mais aussi pencher la tête pour faciliter l’écoulement puisque le silicone n’est pas aussi flexible que l’emballage de la gourde jetable.

– le fait qu’on doive conserver les gourdes au frais par grande chaleur, surtout si on les prépare la veille pour le lendemain

– le capuchon qui n’est pas attaché au reste de la gourde et qui ne peut pas être confié entre toutes les (petites) mains au risque d’être perdu.

– le coût de la gourde au départ : assez élevé malgré tout.

En ce qui me concerne, je reste ravie d’avoir trouvé une alternative à ces gourdes jetables ultra polluantes.

Et même si je n’ai pas encore fait de compote maison, j’ai opté pour la purée de pommes bio en bocal pour remplir les jolies gourdes des Soeurs, qui sont ravies de leur nouveau joujou coloré.

Et vous, vous connaissiez ? Vous avez testé ? Vous avez adopté ?