Je vais vous mettre de suite très à l’aise : le ski, ça n’a jamais été mon truc.

Ça remonte à cette enfance où on me forçait une fois par an à devoir intégrer un groupe avec des enfants que je ne connaissais pas et que, même au bout d’une semaine, je ne connaissais toujours pas, rapport qu’on était tous habillés avec des combi couleur fluo-moche, flanqués d’un masque plein de buée, des mèches de cheveux collées-gelées-à-la-morve à la commissure des lèvres, des bouts de moufles trempées et des relans d’odeur de yack mort qui refoulaient de notre Damard à chaque fois que de l’air daignait s’engouffrer au niveau de notre cou.

Et puis les skis à porter, les chaussures de Robocop, les bâtons qui tombaient, et ces fucking tire-fesses desquels je tombais systématiquement au bout de 10 malheureux mètres, le perchiste qui hurlait « MAIS LÂÂÂÂCHE CETTE PERCHE » alors que je m’agrippait à elle comme si ma vie en dépendait, me faisant labourer les poches par la neige au passage, livrant mon « savane pocket » à la vue des autres skieurs me traitant de sale petite pollueuse mal élevée.

Le ski, ça n’a jamais trop été mon truc….

Mais il parait que comme on habite Lyon, on n’est pas loin, tout ça, c’est dommage de pas en profiter, hein !
Du coup, j’ai essayé d’y emmener les greffons.

Je crois que le ski, c’est pas vraiment leur truc non plus.

Mais ça ne m’a pas empêché de pondre un petit guide de survie de ce milieu hostile, à la base, pas DU TOUT kids friendly (pas « humain-friendly » tout court, d’après moi, mais bon).

Acheter des habits PRATIQUES

De ceux qu’on peut mettre et enlever sans perdre 7 litres de sueur dès 8h du matin et qui peuvent être enlevés rapidement et SANS CRIS quand le « Mamaaan, je veux faire cacaaaa » arrivera (c’est à dire, au moment où tu auras clipsé sa chaussure sur le ski, normalement). En fait, on peut aussi se les faire prêter, mais ça vaut VRAIMENT le coup d’étudier les fermetures, cols etc pour ne pas avoir des envies d’infanticide.

Prévoir les munitions pour la voiture

Pour éviter toute catastrophe vomitale due aux virages. Si. Je vous assure, c’est mieux de prévoir.
On vire tous les livres/tablettes pendant la montée. On prévoit les lingettes, serviettes, eau ainsi que les granules anti vomi. Et on mange pas trop liquide avant le voyage (oui, ça, c’est pour tout le monde).

Y aller hors vacances scolaires

Quand c’est possible, certes, mais pour les cours de ski, c’est déjà vachement pas les mêmes prix. Pour les locations non plus. Et surtout, SURTOUT, c’est déjà suffisamment l’enfer pour ne pas avoir à se farcir la totalité des « Nicolas de La Clusaz » en vacances.

Avoir des potes qui ont un chalet

Oui, l’équivalent des potes qui ont une piscine et la clim chez eux l’été. Voilà. Parce que clairement, s’entasser en famille dans un 15m2 qui sent la chaussette, c’est une épreuve. Une vraie. De celle qui te font dire que « ça prouve à quel point on s’aime, on s’en est sorti »… Sauf que sincèrement, si tu ne te mens pas à toi même, tu repars en détestant à peu près tout ce qui a pu partager cet appartement avec toi.

Trouver rapidement le bar sympa de la station.

Parce que si tu ne ski pas, comme moi, c’est LE moment tranquillou que tu vas passer dans ta journée, pendant que les greffons seront en train de manger de la neige accrochés au tire-fesses.
On le choisit bien, sympa, mignon, avec terrasse face au soleil jusque dans l’après midi. Et on fait graver notre nom sur notre place préférée en arrivant.

Ne pas partir avec sa belle-mère

Jamais.
Voir le point n°3.
Et par pur bon sens, aussi. Surtout.

Oui, bah j’ai que ça. mais vous qui me lisez et qui adorez ça, vous avez, je suis sûre, de VRAIES bonnes astuces, on les attend, les vacances arrivent et vraiment, on en a besoin !

BONUS : les stations kids Friendly

Suite à un petit appel Facebook, j’ai quand même recensé quelques stations « kids friendly » (d’après les lecteurs, hein, évidemment, je n’oserai donner mon avis moi-même vu mes expériences). Sont ressorties les stations de :

Bon ski à tous !