festival musique enfant

C’est l’été, c’est les vacances et depuis plusieurs semaines, les festivals fleurissent un peu partout.
Si tu as l’habitude aussi de lire les chroniques chez notre grand frère Lyon Citycrunch, tu dois avoir remarqué que dès que ça touche à la musique, il y a du monde.
Et bah c’est un peu pareil ici, sauf que bien évidemment, c’est un chouille plus compliqué dès qu’on a des greffons dans les pattes.

Mais sache le : participer à un festival de musique, en famille, avec des enfants, c’est tout à fait possible !

Quelques précautions en emmenant son enfant dans un festival :

– La question de l’âge
Globalement, la plupart des festivals sont ouverts à tout le monde et donc tous les âges. Certains festoches (et pas mal de psy aussi) conseillent quand même d’éviter d’emmener des enfants de moins de 3 ans dans un festival de musique. Trop petit, pas assez à même de comprendre l’expérience, c’est compliqué, bruyant et globalement, c’est pas franchement reposant ni bénéfique, pour personne, avant cet âge. Le mieux, c’est à partir de 7 ans. ils sont assez grands pour supporter de rester debout, pour comprendre ce qu’il se passe et aussi pour profiter du moment.

– La question du bruit
Oui, alors, c’est pas la peine de leur demander de réduire le son de leurs écouteurs si c’est pour les coller devant des enceintes crachant des centaines de décibels, on est bien d’accord.
On trouve ça d’une logique implacable, mais on va quand même faire une petite récap des trucs à faire pour préserver les petites oreilles sensibles (ça marche aussi pour toi d’ailleurs).
D’abord, on s’éloigne des enceintes le plus possible. Ensuite, on prévoit le stock de bouchons d’oreilles (il en existe en taille enfant). On peut aussi prévoir un casque anti-bruit, carrément, pour permettre de faire des vraies pauses. En parlant de pauses, c’est toujours bien d’en faire assez régulièrement, genre 15/20 minutes toutes les heures, c’est pas mal.

– La question du monde
Le risque n°1 dans un festival, à égalité avec « perdre l’audition », c’est « perdre son enfant ».
Alors, ouais, c’est blindé de monde, y’a pas mal de viande saoule un peu partout, mais comme NORMALEMENT, l’ambiance est toujours bon enfant, tu finiras toujours par retrouver ta descendance si par malchance il a plutôt suivi un gars en short rose alors que tu lui avais bien dit « moi c’est ORANGE » (tu devrais voir pour le faire tester pour le daltonisme à la rentrée, on sait jamais).
Dans le doute, tu lui colles un petit bracelet avec son prénom et ton numéro de tel pour la durée du festival. ou tu l’écris sur son Tshirt. Ou sur son bras. Ou tout à la fois, franchement, si il s’est démerdé pour te semer ET se débarrasser de toutes ces infos, c’est qu’il voulait volontairement fuguer, en vrai.

Les avantages d’emmener son enfants dans un festival

Outre le fait évident que ça te permet TOI d’aller à un festival aussi, il y a de supers trucs qui se créent pendant les festivals, notamment du côté des enfants.
Déjà de plus en plus de festival s’organisent en pensant « kidsfriendly » en créant des zones spécifiques avec des jeux, zones de repos, spectacles adaptés etc… Et ça prouve bien qu’on peut les y emmener sans aucun scrupule non ?

Au delà des adaptations kidsfriendly, je voulais surtout m’attarder sur ce que ça apporte en terme de … socialisation.
Un festival, c’est avant tout (juste après la musique… et encore), un lieu de rencontres, d’échanges et de partages. On y apprend à se socialiser, à discuter, à partager, à danser. On ne se regarde pas les défauts et on est tous là pour une seule raison : s’amuser.
Tu vas croire que je vis au pays des bisounours mais franchement, c’est un des meilleurs moyens de transmettre à son héritier nos valeurs de citoyens du monde, parce que là-bas dedans, on développe surtout le plaisir d’être ensemble.

 

Petite liste non exhaustive de festivals kidsfriendly

Je te passe les festoches destinés uniquement au jeune public, ce n’est pas le but ici (mis à part le premier, parce qu’il est vraiment trop cool) :
– Au bonheur des mômes (Grand Bornant) : fin aout.
– Les Vieilles Charrues (Carrhaix) : fin juillet
– Rock en Seine (Paris) avec le Mini Rock en Seine : fin aout.
– LollaPalooza (Paris) avec le Kidspalooza : fin juillet
– Brive Festival (Brive la Gaillarde), les pieds dans le sable : fin juillet.
– les Nuits SOnores (Lyon) avec les Mini Sonores (généralement en mai/juin)

 

Si tu as des expériences en terme de festival aevc enfants, n’hésite pas à partager tes histoires et témoignages en commentaire. Je connais bien trop de gens qui s’empêchent de faire ça en famille alors que ça peut VRAIMENT super bien se passer !