En prenant un café avec une lectrice de Lyon FamilyCrunch (oui, je bois des cafés avec vous, c’est quand vous voulez), elle m’a (gentiment) dit que bon, elle, elle avait des enfants en bas âge, et que quand on publiait des retours sur telle expo ou tel musée, elle zappait et ne lisait même pas, se pensant peu, voire pas du tout concernée.
Nous avons tous une approche différente des sorties en famille, c’est vrai. Moi, par exemple, je détestais les emmener au resto, privilégiant ces sorties pour moi seule, parce que je ne voulais pas « m’encombrer » de les occuper entre l’entrée et le plat…
Mais les musées, les expos ou les lieux et événements culturels en général, là, aucun problème, j’y ai emmené mes enfants rapidement mes enfants.

Un enfant en bas âge au musée : ça se passe comment ?

Bon, déjà, autant le dire, avant 2 ans, on privilégie la poussette ou le porte bébé, parce que sans ça, ça va être long pour tout le monde.
Plus grands, selon ses capacités motrices, son temps d’attention (oui, du coup, faut bien le connaitre, mais à priori, c’est le tien, donc ça va) et le genre de musée, le maitre mot est : on s’adapte.
C’est lui qui rythme la visite et oui, désolée, mais si tu comptais faire toutes les salles et ne rater aucun détail d’aucune œuvre (mais QUI fait ça, en vrai ?), c’est un peu raté.  Bon, après, si tu es venu voir spécialement une œuvre, ça se négocie quand même avec le gone.
Parce que l’enfant, il va vouloir faire un tas de trucs, pendant sa visite au musée.
Il va dire « beurk » et « elle est moche la dame », il va crier « c’est nuuuul », mais il va aussi regarder un tableau de 6mètres par 3 la tête à l’envers, s’allonger par terre, scotcher devant un détail pendant 5 minutes voire se prendre de passion pour la Renaissance (pile ce que tu détestes, génial) et poser 64 questions à ce sujet.
Bref, dans un musée,avec un enfant, tout est question d’adaptation, de négociations et peut-être, d’un peu d’organisation (mais ce n’est pas obligatoire).

Un enfant en bas âge au musée : on fait quoi ?

On l’implique.
(fin du paragraphe)(rho ça vaaaaaa).
L’enfant est, de nature, curieux. Et s’il arrive à se prendre de passion pour Robocar Poli, y’a pas de raison qu’il ne trouve pas un certain intérêt pour l’art, ou en tout cas, quelques œuvres.
En arrivant, du coup, on explique un peu ce qu’on va voir. Et on lui pose des questions, on essaye de répondre aux siennes, on lui demande pourquoi cette sculpture l’intéresse plus que ce tableau, on le laisse s’exprimer, même si c’est pour dire que la Joconde est dégueulasse, on prend le temps et on ne râle pas trop si tout à coup, on traverse une salle en 4 secondes.

guernica musee enfant
– Et là, tu vois quoi ?
– Un triangle qui attaque un cheval fou.
– Ah d’accord…

Des idées pour occuper son enfant au musée.

Avant de partir, on peut regarder sur le site internet du musée si il y a des livrets spécial enfant à télécharger. Il y en a parfois des disponibles à l’accueil du musée, d’ailleurs, et c’est souvent très bien fait, sous forme de jeu de piste ou d’enquête, et ça, les enfants adorent ! Des applis sont aussi dispo parfois (plus rarement), mais bon, j’avoue que perso, je préfère ne pas impliquer les écrans dans l’histoire pour le moment.
J’ai toujours des feuilles et une trousse de feutres/crayon dans le sac aussi. Ça fonctionne plutôt bien quand les enfants commencent à trépigner. On se cale devant une œuvre et hop, vas-y, fais ton petit étudiant en école d’art, ça te fera pas de mal. (Fonctionne particulièrement bien pour l’art contemporain).
On joue aux mimes. Parce que se caler devant un tableau et prendre la même pose, ça fait toujours rire (photo à l’appui, bien entendu)(et en plus, ça te donne une super bonne excuse pour le faire, alors que sans enfant, c’est toujours un peu plus gênant).
On tente de retrouver son tableau préféré à la boutique souvenir. Ça implique un peu de patience et quelques euros supplémentaires  parce que tu vas te sentir obligé de repartir avec pour ton greffon si heureux, hé ouais.
On joue à « cherche et trouve ». Soit sous forme de jeu de piste tout au long de la visite (genre « combien de chiens as tu trouvé » ou « quels animaux as tu reconnu » ou encore « combien de zizis ? »(bah quoi ?), soit devant des tableaux particuliers, où on trouve un objet ou un personnage et l’enfant doit le retrouver.
On les fait participer à des ateliers ou on opte pour la visite guidée en famille. Bon, là, c’est selon les budgets et ce qu’on est capable de supporter… Si tu as du mal avec les enfants des autres, ça peut être compliqué. En revanche, les musées étant souvent gratuit pour les petits, le supplément atelier peut être bien sympa. D’autant que vraiment, les musées font de plus en plus d’efforts pour adapter la découverte de leurs collections aux enfants, donc c’est souvent très TRÈS cool à faire.

musée enfant lyon
All the single ladies
All the single ladies
Now put your hands up !
WOh, oh, oooh

Oh, oh, oooh, oh, oh,
Oooh, oh, oh, oh
WOh, oh, oooh
Oh, oh, oooh, oh, oh,
Oooh, oh, oh, oh […]

Pourquoi emmener son enfant au musée ?

Bon, là, c’est moi qui parle, et je ne porte aucun jugement sur ceux et celles que ça ne convaincra pas.
Mais voilà, je suis persuadée que la curiosité se travaille et ce, dès tout petit. Tout comme l’esprit critique, l’argumentation, savoir donner son avis, expliquer ses choix etc.
Bref, au delà de développer  leur sensibilité à l’Art, emmener ses enfants au musée est un moyen de faire grandir les personnalités et prendre conscience du monde qui nous entoure, aussi, surtout.

penseur rodin musee enfant art
– On dirait qu’il fait caca !
Classique. Efficace.

 

Voilà, ce ne sont que quelques pistes à explorer pour ceux qui souhaitent s’aventurer dans la visite de musée avec son petit, et d’ailleurs, si tu es déjà adepte et que tu as d’autres idées, tu peux partager en commentaire, ça serait cool  de croiser nos expériences !