Alors que je n’ai toujours pas commencé fini les cadeaux de Noël, rapport que malgré la neige, le froid, les guirlandes lumineuses et les Pères Noël kitchs accrochés aux fenêtres, l’esprit de Noël ne s’est toujours pas emparé de moi cette année, il est temps de parler DU GRAND JOUR QUAND MÊME !
Le réveillon de Noël et son repas éternel pour tout enfant qui se respecte.

Je garde des souvenirs assez mitigés des réveillons que j’ai pu passer en famille quand j’étais enfant. C’était chouette, il y a avait du monde, des cousins, un sapin et une ambiance tamisée et festive à la fois. Mais c’était long, les adultes mangeaient des milliards de plats quand j’avais déjà plus faim après 4 crevettes et surtout, SURTOUT, je n’avais qu’une chose en tête : les cadeaux !
Car oui, l’enfant s’en bat les couettes de savoir qui veut des marrons avec la dinde, lui, il veut SES CADEAUX, en bon petit matérialiste ingrat qu’il est.
Du coup, quand j’ai moi-même eu des enfants (et qu’on m’a un peu dit que MAINTENANT, c’était mon tour de me galérer avec pour le réveillon), j’ai décidé que j’essaierais d’être plus cool avec eux pour que le réveillon ne devienne pas un souvenir supplicié.
ET, comme je suis sympa (si, si !), je vais te donner quelques idées qui marchent plutôt pas mal pour que tout le monde passe une bonne soirée (et toi, si tu en as d’autres, tu es bien évidemment le bienvenu pour nous donner tes petites techniques de sioux de Noël dans les commentaires).

 

  • On les occupe la journée.

    Pendant la journée, on délègue à une des personnes présentes la lourde tâche de les occuper, pendant que les autres s’affaireront autour du four, du tarama et des décos de tables. Jeux de société, balade, bataille de boules de niege (si vous avez de la chance), ateliers DIY (pour les grands vaillants dotés de créativité et de patience) ou sortie ciné, patinoire…  Peu importe pourvu que le temps passe plus vite pour eux.

 

  • On leur organise une contre-soirée.

    Comme nous, adultes affamés, allons passer la soirée à prendre l’apéro-manger-boire-manger-reboire, et que ça n’intéresse clairement pas ceux qui ne sont pas en âge de boire et d’avoir des estomacs sassez solides pour jouer à celui qui ne déboutonnera pas son pantalon, on prépare un cool apéro-dinatoire pour les greffons. On les laisse boire des jus de fruits dans des coupes de champagne (en plastique hein, prenez pas trop de risques non plus), on les laisse mélanger les chips avec les crevettes et les Tagada et surtout, surtout, on les laisse gérer on niveau de la pioche sur leur table. Entre deux picorages, ils pourront jouer tranquillou, regarder un bon vieux film de Noël ou se faire une mini boom dans la chambre d’à côté.

 

  • On laisse pas bébé dans un coin

    (oui, ce titre, c’est cadeau)
    Si vous avez la chance de ne pas organiser votre réveillon dans un studio de 22m2, déclarer une des pièces comme étant celle des enfants.
    Poussez les meubles, mettez-y des coussins ou des matelas par terre, empiler des jeux de société, calez-y une télé avec un lecteur DVD, rajoutez-y un petit coin travaux manuels, déguisements, livres et vous venez de créer la plus cool des salles de jeux de l’univers.

 

  • On ne rate pas la fatigue

    Forcément, à un moment, les gones vont tomber de fatigue. C’est LE moment où il faudra être bon pour ne pas rater le coche et tomber dans la spirale infernale de l’énervement. D’autant qu’à cette heure là, il est probable que vous en soyez à votre 44ème trou normand et que vous ne serez clairement plus aptes à gérer une quelconque crise.
    Si vos enfants sont dotés du gène de la perfection, ils se seront gentiment endormi sur les matelas de la salle de jeux. Du coup, ça serait hyper sympa de ne pas trop vous vanter auprès des parents dont la fenotte de 4 ans tente des triple lutz depuis le meuble TV.

 

  • On reste cool

    Même si ils sont trop excités, même si ça piaille un peu et même si « finalement le chapon c’est vachement bon, je vais me poser à table avec vous ».
    Noël, dans l’idée, ça doit être un bon moment. Pour les phases relous, de toute façon, vous avez forcément un oncle relou qui traine pas loin de la cave à vin…

 

Et puis, surtout, surtout, on vous souhaite de tout cœur de ne pas avoir à vous lever à 5h42 parce que « LE PAPA NOËËËËËËËËL EST PASSÉÉÉÉ ».
J’ai pas dit que ça n’arrivera pas, mais ça me coute rien de vous vendre un peu d’espoir.

 

En attendant, Force, Honneur et Citrate de Bétaïne !